Pré-ouverture ce 14 février 2017
Nous recherchons des perdus, des pirates, des fées, des sirènes et surtout
des indiens. Éventuellement des vampires et des loups-garous.

Partagez | 
 

 Nowhereland - Le Pays de Nulle Part : chapitres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
FONDATRICEChef des Lost Girls
"Fan of Peter Pan"

Voir le profil de l'utilisateur
En ligne

• Feat : Dove Cameron
• Date d'inscription : 29/01/2017
• Age : 31
• Messages : 120

Rêve ta vie en couleur
Mon livre d'histoire:
Mes relations:
Mon sac à dos:
MessageSujet: Nowhereland - Le Pays de Nulle Part : chapitres   Lun 17 Juil - 18:17




Bienvenu(e) sur  "Nowhereland - Le Pays de Nulle Part" ^^ Je me suis lancée - ça y est c'est décidé - dans l'écriture de mon Pays Imaginaire à moi et il sera bien différent de celui de Sir James Matthew Barrie.

J'ai déjà un chapitre 1 terminé, je suis au second, un trailer fait (mais je le trouve pas terrible) et un petit résumé.




C'est en faisant un vœu lors du passage d'une étoile filante que la vie de Sélène Caudron changea complétement. De vieille dame, elle redevint une jeune fille, prenant cela comme la seconde d'avoir enfin l'adolescence dont elle a toujours rêvé de vivre. Fan de Peter Pan depuis l'enfance, elle partira sur ses traces mais au lieu de découvrir le Pays Imaginaire, elle découvrira un monde ressemblant légèrement à celui du héros de son enfance mais en bien plus sombre surtout ! Bienvenue au Pays de Nulle Part, là où vous pouvez côtoyer des pirates, des rêveurs, des créatures magiques comme les fées ou les elfes mais surtout ... des créatures issus de vos pires cauchemars !  Nowhereland – nom donné par ses habitants – est en danger ! Il est temps de sauver ce monde des ténèbres qui l'envahissent peu à peu !



N'hésitez pas à laisser des commentaires ici


Revenir en haut Aller en bas

avatar
FONDATRICEChef des Lost Girls
"Fan of Peter Pan"

Voir le profil de l'utilisateur
En ligne

• Feat : Dove Cameron
• Date d'inscription : 29/01/2017
• Age : 31
• Messages : 120

Rêve ta vie en couleur
Mon livre d'histoire:
Mes relations:
Mon sac à dos:
MessageSujet: Re: Nowhereland - Le Pays de Nulle Part : chapitres   Lun 17 Juil - 18:21




Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin ! C'était le chemin qu'il fallait emprunter pour se rendre au Pays Imaginaire. Qui n'a jamais rêvé d'aller là-bas ? Où ça ? Mais au Pays Imaginaire voyons ! Vous savez, cette ile fantastique où vivent des fées, des sirènes, des indiens, des pirates dirigé par un capitaine à qui il manquait une main droite, rapidement remplacée par un crochet, et d'une bande d'orphelins dont le chef se nommait Peter Pan. Vous connaissez tout de même Peter Pan ? Ah, vous me rassurez là !
Vous voyez cette vieille dame qui observait le ciel étoilé par la fenêtre de sa chambre ? Elle s'appelait Sélène Caudron. C'était une femme qui s'était sacrifiée pour les siens, faisant passer le bonheur de ceux qu'elle aimait avant le sien. Ses deux filles, Lindsey et Loretta, ainsi que ses petits-enfants, Travis, Rachel et Christopher, essayaient de leur mieux pour lui rendre et lui donner l'équivalent de tout ce qu'elle avait fait pour eux. Une fois, Christopher et son frère Travis lui avaient offert des places pour un spectacle sur le roi Arthur, sachant qu'elle adorait les légendes arthuriennes en plus des histoires de Peter Pan. Malgré son âge fort avancé, Sélène n'avait jamais cessé de croire en ce garçon qui refusait de grandir. Jamais ! Elle croyait dur comme fer en la magie et en l'existence de Peter. Elle ne croyait absolument pas à Dieu, ayant un esprit disons cartésien pour certaines choses mais étant donné que sa croyance datait depuis son plus jeune âge, il lui était très difficile de se faire une raison. Arrêter de croire en cet éternel enfant qui pouvait voler comme un oiseau, c'était comme demander à un religieux ou un fervent croyant – que ce soit catholique, protestant ou même musulman – de renoncer à sa foi en un dieu puissant ! Tout le monde a le droit de croire en qui qu'il désire, tant que cela reste raisonnable évidemment. Pourtant, Sélène n'a jamais dit clairement croire en Peter Pan, juste qu'il était son héros d'enfance avec Merlin et Arthur. Elle avait trop peur d'être jugée. Déjà que son beau-père critiquait sa passion pour l'écriture qu'il qualifiait de stupide. C'était un professeur de mathématique et pour lui, écrire n'aidait pas à vivre et à payer chaque semaine les factures en plus du loyer. Sélène n'avait jamais aimé ce dernier, toujours à la gronder parce qu'elle faisait ses propres choix au lieu de faire ceux qu'il prenait pour elle. Ce n'était pas son père et même son père n'aurait jamais réagi ainsi avec elle. Lorsqu'elle avait commencé à écrire des histoires à huit ans, Henry l'encourageait à persévérer dans cette voie, tout comme son grand-père maternel. Malheureusement, quand elle eut onze ans, son père a mystérieusement disparu. On ne l'a jamais retrouvé. Deux ans plus tard, Hélène, la mère de Sélène, s'était remariée avec Jean-Charles. Vous pouvez être sûr que quand Sélène avait atteint sa majorité, elle avait aussitôt déménagé en allant chez ses grands-parents maternels. Elle ne pouvait plus supporter son beau-père et je la comprends. Etre critiquée pour un rien vingt-quatre heures sur vingt-quatre, n'être pas libre de ses propres choix, cela ne devait pas être évident pour elle. Même quand elle s'était mariée et qu'elle avait eu ses enfants, il venait encore se mêler de sa vie. C'est énervant ce genre de personne qui cherche à contrôler tout de votre vie alors qu'il a encore la sienne à gérer ! Il y a même une fois, pour vous dire à quel point cet homme désirait le contrôle sur tout, il avait envoyé les services sociaux chez elle car il estimait qu'elle ne remplissait pas correctement son rôle de mère alors que c'était tout le contraire. Elle faisait passer ses enfants avant elle ! Fort heureusement, les services sociaux avaient bien vite compris et de ce côté-là, elle fut tranquille.
Mais si vous saviez la seconde pire chose que Jean-Charles avait fait. Dès qu'elle en avait l'occasion, elle venait voir sa mère mais seulement quand Hélène venait voir son père, Joseph, le grand-père de Sélène. Ce dernier vivait seul depuis la mort de sa femme l'année des dix-sept ans de Sélène. Après l'incident avec les services sociaux, elle avait préféré juste garder contact avec lui mais plus trop avec sa mère à cause de vous savez qui. Figurez-vous qu'un jour où elle était venue rendre visite à son grand-père, elle eut une mauvaise surprise en arrivant devant chez lui. Non seulement, il n'était pas là mais en plus, la maison était mise en vente. Elle apprit d'une voisine, qu'elle connaissait bien, la mort de Joseph trois semaines plus tôt. Sélène fut très furieuse de ne pas avoir été prévenue. Elle avait sonné à sa mère qui fut quant à elle étonnée que sa fille ne semblait pas être au courant pour Joseph. Jean-Charles l'avait portant prévenue et elle s'était montrée grossière avec ce dernier d'après Hélène. En réalité, son mari n'avait pas voulu prévenir sa belle-fille et il ne l'avait donc pas fait. Ce fut la dernière fois que mère et fille s'étaient parlé. Sélène ne garda pas contact avec sa famille maternelle. De plus, peu de temps après, elle emménagea pour Londres car son mari avait obtenu un poste mieux payé. Elle fut bien plus heureuse par la suite. Et à présent, elle vivait avec sa petite-fille, Rachel, et son arrière-petit-fils depuis la mort de son mari.

Ce soir-là, comme tous les soirs d'ailleurs, la vieille dame s'asseyait dans son fauteuil, en face de la fenêtre de sa chambre, et regardait le ciel étoilé. Par moment, elle regrettait que ce cher Peter ne soit jamais venu la chercher. Au moins, elle n'aurait jamais eu tous ces mauvais instants avec son beau-père. Mais en même temps, elle n'aurait jamais connu son mari et n'aurait pas eu ses filles. Ne t'en fais pas ma petite Sélène, ton destin est ne marche.
- Grand-mère, tu ne dors pas encore ? s'étonna Rachel en entrant dans la chambre.
Physiquement, Rachel ressemblait beaucoup à sa grand-mère bien qu'elle avait la même chevelure noire de sa mère. Elle avait juste le même regard que ses deux aînées, ce qui permettait vite de deviner qu'elles étaient de la même famille. La seule différence, c'était que la jeune femme, âgée d'une trentaine d'année, avait hérité des tâches de rousseurs et de la même couleur des yeux de son père : brun.
- Tu devrais aller te coucher, il est tard !
- Je le ferai, ne t'en fais pas ! répondit la vieille femme. J'attends l'étoile filante.
- D'accord ! Espérons qu'elle ne va plus tarder. Bonne nuit mamie !
- Bonne nuit ma chérie !
Peu de temps après, une étoile filante apparut enfin dans le ciel. Sélène fit immédiatement un vœu en fermant les yeux. Je ne vous dirais lequel car sinon, il risque de ne pas se réaliser. La femme âgée décida enfin de se coucher, sans se douter de ce qu'il l'attendait le lendemain.
Le matin suivant, elle eut une bien étrange surprise. Lorsqu'elle se réveilla, elle sentit déjà qu'il y avait quelque chose qui clochait. Elle s'étira un long moment les bras et les jambes, s'attendant à avoir mal mais ce ne fut pas le cas. Puis, elle remarqua ses cheveux. Ils n'étaient plus blancs mais blonds, comme quand elle était plus jeune. Elle se leva pour se regarder dans le miroir et là, grande stupéfaction ! Elle vit qu'elle avait en fait rajeuni. Elle avait retrouvé l'apparence de ses seize ans. Sélène n'en croyait pas ses yeux. Elle était tellement contente qu'elle sauta de joie. Alerté par les cris de joie de la désormais jeune fille, un garçon, de taille moyenne, entra sans frapper. Il avait les cheveux peroxydés suite à une coloration ratée chez le coiffeur mais au finalement, il avait trouvé que sa nouvelle coiffure était pas mal. Il avait les yeux de sa mère et des taches de rousseur sur le nez. Le jeune homme était en fait Jason, l'arrière-petit-fils de Sélène.
- Euh, je peux qui t'es et où est mon arrière-grand-mère ? demanda-t-il en fronçant les sourcils.
- C'est moi gamin mais en peu plus jeune !
- Mamie ? Non, c'est une blague !
- Tu préfères peut-être que je te torture à coup de chatouille jusqu'à ce que tu cries pitié ? dit-elle en prenant un air sérieux mais menaçant également.
L'adolescent reconnut ce type de réaction. C'était celle qu'avait son arrière-grand-mère qui prenait souvent un malin plaisir à le chatouiller pour le taquiner. C'était donc bel et bien elle
- Sérieux mamie ? Comment cela peut être possible ?
- Juste un conseil : fais bien attention à ce que tu souhaites un soir où t'as une étoile filante qui passe au-dessus de la terre !
- T'as fait un vœu hier soir ? Cela n'a pas dû se passer comme tu voulais !
- Bien au contraire gamin ! J'ai eu exactement ce que je voulais ! Allons voir ta mère ! J'ai trop envie de voir la tête qu'elle va faire !

Elle n'en avait pas l'air sous son apparence de vieille dame mais Sélène avait un petit côté « farceuse ». Quand ses filles, ou même ses petits-enfants étaient petits, elle faisait souvent des blagues avec eux. En arrivant dans la cuisine, les deux jeunes gens trouvèrent Rachel qui était assise en train de boire son café. Je vous épargne tous les détails mais il lui avait fallu plus d'une heure pour réaliser que la jeune fille blonde qu'elle avait en face d'elle était réellement sa grand-mère. Mais Rachel songea à quelque chose. Si Sélène avait l'apparence d'une adolescente de seize ans, les gens allaient se poser des questions si elle passait son temps enfermée à la maison au lieu d'être à l'école.
La jeune fille leva un instant les yeux au ciel. Elle, retourner sur les bancs de l'école ? Hors de question ! Elle n'avait pas gardé un très bon souvenir de sa scolarité en secondaire. A l'époque, en plus de devoir supporter son beau-père, elle devait également supporter les moqueries et autres railleries de ses camarades.
- Tu préfères peut-être que des personnes fassent débarquer les services sociaux ici parce qu'ils ne trouvent pas normal qu'une adolescente soit chez elle au lieu de suivre une scolarité ? rugit presque la jeune femme.
- Non, j'ai pas envie que ça arrive ! Mais je te signale qu'il y en a qui font des études à domicile !
- Je sais mais c'est plus prudent ! Je t'inscrirai à la rentrée au lycée de Jason !
- Ouais, chouette ! lâcha la demoiselle.
Mais au fond d'elle, Sélène n'avait vraiment aucune envie de retourner à l'école. Elle détestait l'école ! Pour le moment, c'était les vacances d'été. L'évènement qui l'intéressait le plus approchait progressivement : son anniversaire. Il est vrai qu'elle allait fêter ses nonante[1] ans. Si lorsqu'elle était plus jeune, elle aimait le fêter, à partir de la mort de son mari il y a cinq ans, ça ne l'intéressait plus du tout. La jeune fille avait gardé cette volonté de ne pas célébrer ce jour si spécial. Mais ce n'était pas le cas de sa famille. Nonante ans, c'était un âge très peu atteint chez les Caudron – Delhaye. La dernière personne a avoir dépassé les nonante était la grand-mère paternelle de Sélène. Elle s'était éteinte à nonante-six ans. Un bel âge tout de même.

Etant donné que Sélène n'avait plus de vêtements de son âge physique, il fallait refaire sa garde-de-robe. Vous ne croyez tout de même pas qu'elle allait encore porter ses vieilles tenues de mamie ? Vous imaginez ce que les autres adolescents lui diront ? Elle risque de revivre à nouveau un véritable enfer, surtout qu'autrefois, c'était sa mère qui choisissait ses vêtements jusqu'à ses dix-huit ans, tous les jours, durant la semaine où elle avait école. Encore heureux que le week-end, elle pouvait mettre ce qu'elle voulait.
Rachel conduisit les deux adolescents au centre-commercial mais elle ne les accompagna pas, ayant un rendez-vous important.
- Jason, veille bien sur elle et la connaissant, elle voudra surement des livres. L'argent n'est que pour ses vêtements !
- Ok maman !
Sélène n'attendit pas que sa petite-fille soit partie pour entrainer son arrière-petit-fils dans le bâtiment commercial. Une fois à l'intérieur, elle le lacha avant de se diriger vers les boutiques de vêtements. Elle voulait se débarraser au plus vite de cette tenue super démodée. Cela lui allait bien quand elle était encore une vieille dame mais là, ce n'était plus le cas. Ils firent tous les magasins mais l'adolescente s'avéra très difficile pour s'habiller. Les robes ne trouvaient aucune grace à ses yeux. Sans doute parce qu'elle lui donnait l'air d'une petite fille sage ou un petit côté « lolita », ce dont elle n'avait aucune envie. Par contre, les t-shirts et autres sweats que Jason lui proposa lui plaisaient, surtout ceux avec des tons rose, mauve ou même vert. C'étaient ses trois couleurs préférées, quoiqu'il y ait le bleu aussi qu'elle aimait. Lorsqu'elle sembla avoir les habits dont elle avait besoin, en plus des chaussures (baskets, une paire de converses noires et des bottes couleur marron), elle alla dans les toilettes pour se changer. Elle revint ensuite vêtue d'une veste en cuir mauve, un t-shirt vert kaki, un jeans bleu effet délavé et les converses.
- Et maintenant, on fait quoi ? J'appelle maman ? demanda Jason.
- Pas encore ! Il y a un truc que j'ai toujours voulu essayer quand j'avais ton âge mais mon beau-père et ma mère me l'ont toujours interdit !
Sélène n'en dit pas plus. Elle suggéra au jeune homme d'aller faire des emplettes pour lui-même pendant qu'elle était chez le coiffeur. Il se demanda quel pouvait le « truc » qu'elle avait si envie de tenter. Il fit donc quelques achats pour lui. Il s'assit plus tard sur un banc, attendant son aînée. Tout à coup, il fut accosté par un groupe de garçons qu'il connaissait malheureusement que trop bien : James et sa bande. Il s'agissait d'élèves de son école dont il était le souffre-douleur depuis des années.
- Eh ben alors McAllister, t'as fait quoi à tes cheveux ? T'as voulu avoir la même couleur que la vieille qui vit chez toi ? fit James.
Le groupe se mit à rire en chœur jusqu'à ce que James émit un cri de douleur. Il se retourna en portant sa main à son oreille gauche et fit face à Sélène qui arborait une nouvelle coupe de cheveux assez ... originale. Elle avait un peu coupé les pointes de ses cheveux (qui restaient longs mais qui s'arrêtaient jusqu'au-dessus de sa poitrine) et elle avait fait teindre sa belle chevelure blonde en rose lilas.
- On ne t'a jamais dit que c'était irrespectueux d'insulter des personnes âgées ? lança-t-elle au grand brun.
- Si mais fais pas attention à lui, fit James en pointant Jason d'un geste de la tête, mais ils sont tous débiles dans sa famille ?
- Ah ouais ? Même son arrière-grand-mère que t'as jamais vue crétin ? continua-t-elle.
Elle commençait à s'énerver car elle ne pouvait pas supporter un tel comportement. Seulement, elle ne pouvait pas faire comme elle faisait avant, c'est-à-dire profiter de son âge pour engueuler le garçon. Ici, elle ne serait pas prise au sérieux.
- Au passage, c'est mon arrière-grand-tante que t'as insultée ! Alors, j'exige des excuses si tu ne veux pas finir avec une jambe dans le plâtre !
Si à une époque, elle était de ces jeunes qui n'arrivaient pas à se défendre et se faisaient avoir par les autres, aujourd'hui, elle avait décidé de ne plus être de genre de personne, ce qui expliqua pourquoi elle se montra ici d'une façon un peu plus agressive.
- Oh, tout de suite les menaces ! J'ignorai que McAllister avait une cousine aussi jolie ! dit le jeune homme en lui adressant son sourire le plus charmeur.
- Ton plan de drague à deux balles, tu peux le garder ! Je suis peut-être jolie comme tu le dis mais je ne suis pas débile non plus ! Si je te vois encore faire chier mon cousin ou insulter ma famille, je pourrais te le faire regretter ! Tu vois, je peux être jolie mais faut pas croire que je suis un ange !
- Allez les gars, on y va ! On a un film à aller voir je vous signale ! intervint un copain de James.
Finalement, le groupe s'en alla. Jason n'était pas son aise mais une fois James et ses amis hors de vue, il poussa un soupir de soulagement.
- Je déteste ce type ! lâcha-t-il. Il fait toujours son caïd au lycée. Au fait, c'est ça le truc que tu voulais faire ? Te teindre les cheveux en rose ?
- Ben quoi ? Tu t'es bien teint les cheveux en blanc !
- A la base, c'était pour avoir quelques mèches rouges mais la coiffeuse a tout mal compris ! Bon, on rentre ?
- Ouais, appelle Rachel !
Quand Rachel vit les cheveux de Sélène, elle hésita à la sermonner. Cependant, elle se souvint que sa grand-mère s'était privée de beaucoup de chose depuis son adolescence et passa l'éponge, comme elle avait fait pour son fils. Après tout, ce n'était pas sa faute si la coiffeuse avait raté sa coloration.
Le reste de la journée, Sélène retira tous ses anciens vêtements de ses armoires pour les remplacer par les nouveaux. Enfin, elle n'avait pas tout, juste de quoi s'habiller pour l'été. Il lui faudra refaire du shopping pour l'automne et l'hiver mais le pire, c'est qu'à la rentrée, elle alla devoir porter l'uniforme de l'école de Jason. J'ai hâte d'être à la rentrée de septembre. Pas vous ?





Revenir en haut Aller en bas
 
Nowhereland - Le Pays de Nulle Part : chapitres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» début de l\'aventure: Perdu au milieu de nul part
» Je sais qu’il faudrait s’enfuir mais je n’irai plus nulle part... ❊ Aaron
» La Caravane de Nulle Part
» Ingrid & Ondine partent... ben nulle part en fait...
» [Jour I] « Version humaine de l'ubiquité : faculté de n'être nulle part au même instant. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Funnyland :: Raconte-moi une histoire-